ANCIENS EVENEMENTS

1er dénombrement du sans-abrisme et de l’absence de chez soi à Namur Nuit du 28 au 29 octobre 2021

1er dénombrement du sans abrisme et de l’absence de chez soi à Namur

Nuit du 28 au 29 octobre 2021

 

Quoi ?

Le Relais Social Urbain Namurois, le CPAS et la Ville de Namur organisent un dénombrement du sans-abrisme et de l’absence de chez-soi, avec l’aide et le soutien de la Fondation Roi Baudouin, l’UCLouvain et la KULeuven.

 

Pourquoi ?

Pour nous aider à mieux comprendre ce phénomène et son ampleur et nous permettre d’adapter nos réponses afin de réduire le sans-abrisme et d’optimaliser nos interventions pour ce public. En effet, actuellement, nous ne disposons pas de chiffres sur le nombre de personnes sans abri et sans chez-soi en Belgique. Or, des chiffres fiables, aussi bien sur la taille que sur les caractéristiques de ce public, sont indispensables pour pouvoir mener une politique efficace de lutte contre le sans-abrisme. En 2020, des dénombrements ont été organisés dans les villes d’Arlon, Gand, Liège et Louvain, ainsi que dans la province de Limbourg. Le Relais Social Urbain Namurois, le CPAS et la Ville de Namur, organisent cette année, en collaboration avec des acteurs locaux, un dénombrement sur le territoire de la commune de Namur.

 

Comment ?

Un dénombrement signifie que toutes les personnes sans-abri et sans chez-soi qui se trouvent sur la commune de Namur sont recensées à travers leur situation effective dans la nuit du 28 au 29 octobre 2021. Les partenaires locaux complètent un bref questionnaire pour toutes les personnes qu’ils connaissent et qui sont en situation de sans abrisme. La réussite de cette opération dépend de la collaboration avec les organisations et services locaux qui sont directement ou indirectement en contact avec le public. Un dénombrement sera également réalisé, en rue, le soir du 28 octobre par les équipes mobiles de rue et d’autres travailleurs sociaux.

 

L’après ?

Les chercheurs rassembleront tous les chiffres et les données et organiseront ensuite des focus groups avec les partenaires locaux pour interpréter ces chiffres. Toutes les informations seront synthétisées dans un rapport de recherche qui sera publié en mars 2022.

La Ville de Namur, le CPAS et le Relais Social Urbain Namurois et ses partenaires se baseront sur ce rapport pour examiner comment mettre structurellement en œuvre l’approche du sans-abrisme et de l’absence de chez soi dans la politique sociale locale, à travers le développement de sa stratégie visant la fin du sans-abrisme à Namur. Le rapport donnera aussi un puissant signal aux décideuses et décideurs politiques régionaux et fédéraux, aussi bien sur l’ampleur du public concerné que sur le besoin d’une politique coordonnée.

 

 

Contact : Bruno Adam (RSUN – coordinateur local ) – bruno.adam@rsunamurois.be

Affiche_Namur.pdf
Document Adobe Acrobat 403.5 KB

Intervention de Mme Malika BEN BRAHIM

Présidente du RSUN

 

Mesdames et Messieurs,

 

 

Depuis 2009, le Relais Social Urbain Namurois est doté d’un observatoire de la grande précarité qui a pour mission d’analyser le phénomène de la précarité et du sans-abrisme sur le territoire de la Ville de Namur et son arrondissement. Cette mission d’observatoire est menée en collaboration avec les partenaires du Relais, La Wallonie et l’IWEPS.

Les données qualitative et quantitative reçues par nos partenaires de terrain nous permettent déjà d’appréhender une partie du phénomène de la grande précarité, et plus particulièrement du sans-abrisme.

Ce dénombrement proposé par la Fondation Roi Baudouin et en partenariat avec l’UCL est l’occasion pour nous de compléter cette photographie par une autre, assez ambitieuse, et d’affiner ainsi nos connaissances, tant sur le plan du nombre de personnes concernées que sur les caractéristiques de profil de ces personnes.

Ce travail a été mené, en élargissant le champ des données récoltées, en élargissant les structures sollicitées habituellement (par exemple, élargissement au secteur de l’aide à la jeunesse, la Santé mentale) et en appliquant une méthodologie spécifique.

D’ailleurs, au nom du Relais Social Urbain Namurois, en charge de l’opérationnalisation et de la coordination de ce dénombrement, je tiens à réitérer nos chaleureux remerciements aux partenaires, aux participants et plus particulièrement à l’administration et aux autorités de la Ville et du CPAS de Namur qui ont grandement contribué à cette réussite.

Le dénombrement du sans-abrisme et de l’absence de chez soi est un préalable nécessaire à la mise en place de la stratégie visant la fin du sans-abrisme à Namur ou ailleurs.

Connaître le nombre et les caractéristiques du public concerné est indispensable pour mener des actions encore plus ciblées et efficaces au niveau local, et ce, afin d’agir de manière structurelle sur le sans-abrisme et ses impacts.

Les instances du Relais Social et principalement le Comité de Pilotage et l’Organe de Conseil sur la Fin du sans-abrisme -composé d’experts et de responsables institutionnels- analyseront le rapport des chercheurs et élaboreront les actions à adapter, à proroger ou à entreprendre pour nos usager.ère.s à Namur.

Les 42 institutions partenaires et experts du vécu, tous secteurs confondus, qui ont participé au dénombrement namurois, témoignent l’engouement du réseau namurois à s’inscrire dans cette nouvelle perspective.

Enfin, cette volonté d’endiguer le sans-abrisme, notre réseau de partenaires associatifs et publics l’a déjà exprimée dans la rédaction et le soutien du mémorandum « Fin du sans-abrisme à Namur : oui, c’est possible ! » (05/2018).

Chiffrer le phénomène de sans-abrisme fait partie des axes d’action envisagés pour concrétiser ce beau projet.

« Quel que soit le lieu où sévissent la misère et la pauvreté, l’homme dans son ensemble devrait s’y attaquer avec conviction, compassion et altruisme pour ses semblables. »

Nous nous y attelons déjà, avec ce dénombrement, nous le ferons peut-être mieux encore. 

Merci encore à tous pour votre attention.

 

Malika Ben Brahim

 

Présidente RSUN

La PAUVROPHOBIE

Journée d’étude sur la jeunesse, la santé mentale et la précarité

FIN DU SANS-ABRISME A NAMUR